Peut-on vivre de sa passion ?

Peut-on vivre de sa passion ?

« Choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie ». Cet adage bien connu a d’un coup pris tout son sens quand vous avez adopté votre premier animal. Et c’est compréhensible !

Tous les jours, votre chien vous fait rire ; votre chat vous réconforte. À chaque nouvel apprentissage, vous êtes empli de fierté. Quand vous croisez un chien dans la rue, vous ne pouvez vous empêcher de vouloir le caresser. À chaque fois que vous voyez un chat errant, vous voulez lui venir en aide.

En bref : les animaux, vous adorez ça. Et il n’y a pas plus beau travail qu’un métier qui vous exalte.

Bonne nouvelle : il existe une multitude de métiers grâce auxquels vous pouvez vivre de votre passion.

Le souci, c’est que vous n’êtes pas le seul à y avoir pensé. Aujourd’hui, de plus en plus de propriétaires fans d’animaux commencent à exercer en tant qu’éducateurs canins ; zoothérapeute ; pet-sitter… Il devient donc de plus en plus compliqué de percer dans ces domaines.

Dans cet article, je vous explique comment réussir votre carrière dans le monde animal – malgré la concurrence de plus en plus rude. Votre réussite dépend directement d’un objectif qui, une fois atteint, vous garantira une belle carrière dans le métier de votre choix – avec votre poilu !

Gagnez en crédibilité : formez-vous !

La plupart des métiers du monde animal ne nécessitent pas de diplôme reconnu pas l’État. Résultat : n’importe qui peut, par exemple, se déclarer ‘éducateur canin’. Ce n’est pas une appellation protégée. Inévitablement, on se retrouve parfois face à des ‘professionnels’ qui manquent cruellement de compétences.

Par exemple, j’ai déjà eu affaire à un éducateur canin dont la seule formation avait consisté en 2 semaines de ‘théorie’. Croyez-moi, ce manque de sérieux s’est réellement fait ressentir lors de cours collectifs et particuliers.

Le ‘dresseur’ de chiens n’était absolument pas au fait des dernières découvertes en éducation canine. Il ressassait sans arrêt de vieilles idées reçues complètement obsolètes sur la hiérarchie entre chien et maitre. Sa seule référence était une citation de sa grand-mère (qui elle non plus, n’avait aucun diplôme en éducation canine) : « On n’éduque pas son chien avec des saucisses ».

(Petit aparté à ce sujet : au cours de vos formations, vous apprendrez que, bien au contraire, la saucisse est en excellent moyen d’entretenir la motivation de votre chien, et de lui faire réussir des apprentissages a priori très complexes !)

Pour en revenir à ce fameux ‘éducateur canin’ qui n’en était pas un : je n’y suis jamais retournée – et je ne doute pas qu’il ait perdu énormément de clients de cette manière.

Les propriétaires d’animaux ne sont plus dupes. Aujourd’hui, il existe une multitude de sites internet, blog, chaines YouTube, etc. qui expliquent gratuitement comment éduquer votre chien ; comment mieux nourrir son chat… Vos futurs clients attendront de vous d’avoir une réelle valeur ajoutée.

Et ça, vous ne pouvez l’obtenir qu’avec une formation rigoureuse, qui vous donne à la fois la théorie nécessaire, mais aussi beaucoup de pratique, avec des animaux (et des humains !) très différents.

Vous vous sentirez plus à l’aise dans l’exercice de votre métier ; et vos potentiels clients seront rassurés de voir que vous avez suivi une formation sérieuse et reconnue.

Mais quel type de formation choisir ?

Afin de vous différencier des milliers d’autres professionnels du monde animal, vous avez deux options :
– Vous diversifier, afin de proposer un maximum de services – je vous en parle dans quelques lignes.
– Vous spécialiser dans un domaine bien particulier – ce qui fera l’objet d’une prochaine newsletter.

Devenez le couteau suisse indispensable du monde animal

Imaginez-vous ceci. Vous avez besoin d’un comportementaliste pour vous aider dans l’éducation de votre chiot. Vous faites une recherche dans votre région, et vous trouvez deux profils : Amélie et Jeanne.

Amélie est éducatrice canine, et propose des cours particuliers à domicile.

Jeanne aussi – mais elle propose, en plus, des balades collectives et des classes spéciales ‘chiot’.
Quand vous partez en vacances, elle peut faire pension canine familiale chez elle – ce qui vous rassure, car votre chien reste chez une personne qu’il connait, et en qui vous avez confiance, entouré de copains bien socialisés.
Enfin, Jeanne finit toujours ses cours d’éducation canine par un massage canin. Elle en profite pour vous partager ses techniques, afin que vous sachiez comment profiter d’un moment complice pour détendre et étirer votre chien.

Qui choisiriez-vous donc comme éducatrice canine ?

Dans la majorité des cas, les propriétaires de chien choisiront Jeanne. Normal : il faut dire que la diversité de ses compétences est bien pratique !

C’est pour cela qu’il est primordial de choisir une formation qui vous permet de vous diversifier ; de multiplier vos services. Non seulement vous attirez plus de clients, mais surtout, vous augmentez vos revenus.

Je vous explique.

Un moyen infaillible de vous garantir un revenu stable

La plupart des éducateurs canins (pour reprendre cet exemple) gagnent à peine un SMIC. Une des raisons principales est la disponibilité de vos clients. La plupart des propriétaires de chiens travaillent du lundi au vendredi, de 9h à 18h. Vos cours d’éducation canine se dérouleront en grande partie les week-ends (et le soir, si vous êtes chanceux). Vous devez donc enchainer un maximum de cours en deux jours – assez pour réussir à vous sortir un salaire ! Et je ne vais pas vous le cacher : c’est difficile, surtout en période de creux (Noël, vacances d’été), ou quand il pleut. Vous verrez, les jours de pluie, vos clients auront parfois une fâcheuse tendance à annuler les cours en dernière minute !

Quelques rares éducateurs canins ont trouvé la clef pour combler ce manque d’activité en semaine, l’hiver, ou bien pendant les vacances. Un moyen simple de se garantir un revenu stable, tout au long de l’année. C’est simple : ils proposent des services complémentaires à l’éducation canine.

Reprenons l’exemple de Jeanne. Pendant les vacances d’été, elle donne deux fois moins de cours en éducation canine. Elle profite donc de son temps libre pour proposer ses services de pension canine. Ainsi, elle peut continuer à se rémunérer convenablement, même pendant les vacances.

La semaine, elle propose des balades collectives ou individuelles. Ses clients en sont très friands, car la plupart ne peuvent pas sortir leur chien pendant qu’ils sont au travail. Jeanne vient donc les chercher directement chez eux, et les emmène pour se dégourdir les pattes. Ils peuvent profiter de sorties en longe voire en libre ! Pour les chiens les plus stressés, et qui préfèrent attendre le retour de leur maître pour sortir, Jeanne fait des visites à domicile. Les chiens sont ravis de la voir arriver avec des jouets remplis de friandises !

Jeanne a aussi eu la chance de se former en zoothérapie. Elle a remarqué que les mardis et les jeudis, elle avait moins de demandes pour des cours en éducation. Elle consacre donc ces deux jours de la semaine exclusivement à la médiation animale – une activité en pleine croissance ! Jeanne démarche les maisons de retraite ; les entreprises ; les centres pour enfants handicapés… Et elle rencontre un succès fou. Ses interlocuteurs sont rassurés de voir qu’elle a une bonne connaissance à la fois de l’animal, mais aussi de la psychologie humaine. À chaque fois qu’elle intervient avec ses chiens, les patients sont ravis. Et aider les autres donne du sens à son travail.

La zoothérapie lui permet de se faire connaitre, mais surtout d’assurer un revenu stable – même en pleine semaine, et même quand il pleut !

Il ne faut pas se voiler la face. Les métiers du monde animal sont de plus en plus populaires. Il devient compliqué de percer dans ce milieu. De vivre correctement de sa passion.

Compliqué, oui, mais pas impossible ! Soyez rigoureux. Ne lâchez rien. Et surtout : formez-vous ! Choisissez un diplôme assez complet pour vous permettre de diversifier vos services. Non seulement vous gagnez plus de clients, mais en plus vous multipliez vos sources de revenus. Parce qu’avoir une passion, c’est formidable, mais pouvoir en vivre… c’est encore mieux !

C’est dans cette optique qu’Animal University a créé la Licence Professionnelle dédiée aux métiers de l’animal. Éducateur canin, comportementaliste (canin ou félin), intervenant en médiation animale… Bonne nouvelle : elle est facilement finançable.

Cette licence verra le jour à l’université de Paris Nanterre en septembre 2020.

Si vous ne pouvez attendre jusque-là, une première formation en lien avec cette licence démarre en avril : “Éthologie et bien-être de l’animal compagnon : concepts et applications pratiques”.

C’est une formation de 10 jours (5 jours en avril, et 5 jours en juin) qui vous donnera d’excellentes bases pour démarrer votre carrière dans le monde animal. Pour plus d’information, envoyez nous un e-mail à contact@animal-university.fr – ou bien rendez-vous sur notre page Facebook ou Instagram !

https://www.facebook.com/events/2490746484534716/

Article de Ophélie Poillion, rédactrice pour Chien Vie et Santé pour Animal University